« Le verdissement de la Pac proposé par Phil Hogan, [le commissaire européen à l’Agriculture sortant], dans le cadre de la réforme est une bonne base mais elle doit être améliorée », a déclaré Janusz Wojciechowski, commissaire européen à l’Agriculture désigné, lors de son audition devant le Parlement européen, le 1er octobre 2019. Il propose ainsi de ne pas repartir de zéro mais de verdir la Pac un peu plus, « avec les agriculteurs mais pas contre les agriculteurs », a-t-il insisté.

Vision à long terme

« L’Union européenne a besoin d’une vision à long terme pour son agriculture », a indiqué le commissaire désigné, précisant qu’il faut aller plus loin que la vision à moyen terme de la réforme de la Pac. Il a insisté sur sa volonté d’aller vers une Pac plus verte et qui permet d’améliorer les standards du bien-être animal, notamment sur les sujets de la densité des animaux en bâtiment et sur le pâturage. « Je souhaite favoriser l’agriculture non intensive », a-t-il déclaré.

Interrogé par les députés de la commission de l’agriculture et de la commission associée de l’environnement, la santé publique et la sécurité alimentaire, Janusz Wojciechowski a affirmé que pour lui le second pilier est un bon outil pour accompagner les agriculteurs vers des pratiques favorables à l’environnement.

Sur la question des traités internationaux et notamment le Mercosur, « je serai actif pour protéger les agriculteurs », a affirmé le commissaire désigné, « il faut mieux connaître les conséquences potentielles » pour les agriculteurs.

Il a évoqué des discussions nécessaires sur la définition de l’agriculteur actif et la mise en place de plafond d’aides pour mieux les répartir entre les petites et grandes exploitations.

Avis mitigés

La commission de l’agriculture doit maintenant rendre son avis sur l’audition du commissaire désigné. Les eurodéputés se prononceront, en plénière le 23 octobre, sur l’approbation ou non de la Commission européenne dans son ensemble.

Le commissaire désigné, issu du parti de droite Droit et Justice, de tendance eurosceptique et conservatrice, n’a pas fait l’unanimité parmi les parlementaires. Rare remarque positive, Gilles Lebreton, député du Rassemblement national, a salué le « bon sens » de Janusz Wocjciechowski. Du côté de la droite républicaine, Anne Sander est plus sceptique. Dans un tweet, elle explique avoir trouvé le commissaire polonais « pas suffisamment convaincant ».

Du côté de la majorité présidentielle, Pascal Canfin partage cette déception, estimant que la prestation du Polonais est « trop faible pour donner un feu vert ». Et les Verts, comme la gauche socialiste, vont encore plus loin. Benoît Biteau juge le commissaire « consternant », pendant qu’Eric Andrieu dénonce « une faible prestation », dans la ligne de « l’agrobusiness as usual ».

Marie Salset et Ivan Logvenoff