La production française de pêches, nectarines, brugnons et pavies est attendue en baisse de 8 % cette année.

Au 1er juillet 2012, la production de pêches, nectarines, brugnons et pavies est estimée à 278.000 tonnes par le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, indique une publication Agreste diffusée mardi.

Ce niveau de production serait inférieur à celui de l'an dernier de 8 %, et inférieur à la moyenne 2007-11 de 12 %. La surface du verger de pêchers poursuit sa diminution en 2012, conséquence de difficultés économiques et de dispositifs d'arrachage liés à la sharka (-5 % en un an, -13 % par rapport à la moyenne quinquennale).

Dans le Languedoc-Roussillon, la diminution de la production provient principalement d'une baisse des surfaces dans le Gard, en plus d'un orage ayant affecté la moitié du verger du Roussillon en mai. Le calendrier de récolte reviendrait à la normale, après une année exceptionnellement précoce.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le potentiel est revu à la baisse, notamment en nectarines, en raison d'intempéries survenues à la fin de mai et au début de juin. Les surfaces diminuent, du fait d'arrachages.

Dans le Rhône-Alpes, les premières récoltes débutent dans la vallée du Rhône par les variétés précoces qui présentent un rendement plutôt faible. Pour les autres variétés, les volumes semblent prometteurs, indique le SSP. En nectarine, il est relevé quelques vergers avec des fruits cerclés et boisés.

Selon le Medfel (Europech), la récolte européenne serait équivalente à celle de 2011 en termes de volume. Les récoltes italienne et espagnole seraient stables sur un an (2011 avait été une année de production importante en Espagne).

Les cours se situaient en juin et début juillet en dessous de la moyenne quinquennale (-10 %). « Ils étaient plus proches d'un niveau de cours de pleine campagne », observe le SSP.