Selon les chiffres publiés par le ministère de l’Agriculture le 9 août 2019, en juillet, les cours de la pêche sont fermes par rapport aux années précédentes. Le marché est très actif, stimulé par les températures élevées de l’été qui favorisent la consommation de ce fruit.

La deuxième production la plus faible depuis 5 ans

Selon le ministère de l’Agriculture, au 1er août 2019, les calibres sont moins importants que prévus, ce qui réduit l’offre. La production française annuelle de pêches, nectarines, brugnons et pavies est revue à la baisse depuis juin, à 202 000 tonnes. Elle serait supérieure de 10 % à celle de l’an dernier mais inférieure à la moyenne de 2014 à 2018 (–5 %). Il s’agirait de la deuxième production la plus faible depuis 5 ans.

Bilan de la campagne de 2018

En 2018, le chiffre d’affaires national à la production de la pêche nectarine a progressé grâce à des cours élevés. Ramené à l’hectare, il s’est établi 15 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières campagnes, atteignant +20 % dans la vallée du Rhône et en Provence. Sur la majeure partie de la campagne de 2018, l’offre a été bien inférieure à la demande, stimulée par un été caniculaire, le deuxième le plus chaud depuis 1900.

R.H.