Contre-attaque lancée. Le 30 avril dernier, le ministère de l’Agriculture publiait une note selon laquelle les autorités sanitaires (DGAL) « recommandaient aux populations fragiles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées, NDLR) de ne pas consommer de produits au lait cru du fait d’une contamination possible du lait par des bactéries pathogènes non éradiquées par un traitement thermique préalable à sa mise sur le marché ». Inadapté, incomplet et anxiogène pour la Confédération paysanne, fortement préjudiciable pour la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec) : les réactions furent vives et la DGAL fortement sollicitée.

Recommandations maintenues

Dans un communiqué publié ce 9 juillet 2019, la Fnec explique que les rencontres avec la DGAL, les 12 juin et 8 juillet 2019, n’ont pas permis d’abandonner ces recommandations du fait de la sortie récente de l’avis de l’Anses sur le sujet. Le syndicat a profité de ces réunions pour s’opposer « à un étiquetage systématique et anxiogène à partir d’un logo ou pictogramme sur les produits au lait cru » et rappeler les nombreuses avancées de la filière en matière de bonnes pratiques d’hygiène.

Et ces efforts n’ont pas été vains. De fait, la note ministérielle a légèrement évolué depuis le 30 avril. Mise à jour le 28 juin dernier, elle signale désormais que les fromages à pâtes pressées cuites, à l’image du comté, ne sont pas concernés par ces restrictions, et que « le fromage au lait cru reste une filière de qualité qui valorise les territoires. »

Un site didactique pour un discours « équilibré »

« Nous ne remettons pas en cause le message de prévention […] mais souhaitons que le consommateur puisse être informé autant des bénéfices que des précautions à prendre lors de la conservation et de la consommation de ces produits », précise le communiqué du syndicat. Et c’est dans cette idéologie que le site fromagesaulaitcru.fr s’est construit.

Structuré en trois parties, définition, bénéfices et précautions, selon un jeu de questions-réponses, le site se veut être la nouvelle référence du lait cru. « Le site pourra aussi bien être mentionné sur les étiquetages qu’en vitrine, de manière volontaire », ajoute la Fnec.

A. Courty