Lors de l'assemblée générale des Cuma, qui s'est tenue le 27 mai à Paris, le ministre de l'Agriculture a répondu à une partie de leurs attentes.

La construction des hangars Cuma en zone agricole devrait être possible à l'automne, dès la publication d'un décret lié à la loi Alur. En revanche, vue l'implication du ministère de l'Environnement sur le dossier, la simplification de l'obtention de l'agrément pour les locaux phyto n'est plus à l'ordre du jour.

Autre attente forte : les aides à l'emploi. Les Cuma, qui emploient 6.000 personnes en CDI et autant en CDD, attendent deux mesures : des dispositions pour remplacer les aides accordées aux autres entreprises dans le cadre du CICE mais refusées aux Cuma, et des exonérations de charges sur les travailleurs occasionnels. Le ministre dit défendre sur ce dossier l'égalité de traitement entre toutes les formes d'emploi.

Enfin, Stéphane Gérard, président de la FNCuma, a rappelé l'engagement des Cuma dans la mise en place des GIEE. Et réclame la rénovation de la politique d'accompagnement des agriculteurs, en clair la révision du financement du developpement. Il souhaite positionner fortement les groupes dans les démarches intitulées « Produisons autrement ». Il attend du ministre une réforme qui réclame, selon lui, un « vrai courage politique ».

Marie-Gabrielle Miossec