Le Collectif contre le dumping social en Europe, qui réunit plusieurs organisations de la filière des viandes, a diffusé, lundi, une lettre ouverte interpellant les candidats à la présidence de la République.

« L'industrie française des viandes subit de graves distorsions de concurrence liées en particulier à l'emploi d'une main-d'oeuvre à très bas salaire par les abattoirs allemands : 6 €/h contre 20 €/h dans les pays limitrophes comme la France », souligne le Collectif contre le dumping social en Europe, créé à l'initiative du Comité régional porcin breton, des Groupements de producteurs de viande de Bretagne et du Syndicat des entreprises françaises de viandes (Sniv-SNCP).

Dans une lettre ouverte publiée, le 12 mars 2012, dans plusieurs quotidiens nationaux, le Collectif s'adresse aux candidats à l'élection présidentielle en leur demandant « qu'il soit mis fin à ces pratiques illégales dans les pays qui les ont érigées en modèle de développement car les dégâts économiques qu'elles provoquent sont nombreux : l'Organisation internationale du travail identifie ce sujet comme l'une des causes principales de la crise européenne ».

« A ce jour, rien n'a été fait pour éradiquer ces pratiques contraires à la législation communautaire malgré le soutien des plus hauts responsables politiques de gauche comme de droite, engagés tant au niveau national qu'européen et tous signataires, y compris le président de la République, de la pétition lancée en octobre 2010 », poursuit la lettre ouverte.

« Les candidats à la présidence de la République disposent de trois semaines pour formuler les trois actions prioritaires qu'ils s'engagent à mettre en oeuvre au lendemain de l'élection, et ce afin de mettre fin à ce fléau économique et social. Les salariés de l'industrie française attendent ces réponses. Celles-ci seront rendues publiques le 2 avril. »

Téléchargez la lettre ouverte.

A lire également :