C’est de la Corse-du-Sud que viennent les résultats positifs de fièvre catarrhale ovine (FCO) confirmés par l’Anses le 2 décembre 2016. La préfecture précise dans un communiqué du même jour que trois ovins d’un troupeau situé sur la commune de Bonifacio sont touchés. « Les prélèvements font suite à une suspicion clinique posée par le vétérinaire sanitaire de l’exploitation dans le cadre de la surveillance événementielle de la maladie », explique-t-elle.

La direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) a mis en place des mesures pour prévenir la propagation de la maladie. L’élevage touché est placé sous surveillance renforcée, et les mouvements d’animaux sont bloqués au sein de l’exploitation.

Appel à la vaccination

La préfecture rappelle que depuis mai 2016, « des vaccins sont disponibles » et que leur coût « ainsi que l’acte de vaccination est intégralement pris en charge par l’État. »

Elle précise aussi les modalités d’indemnisation par le Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnementale (FMSE) pour pertes de productions et mortalités. Les éleveurs adhérant à la section spécialisée des ruminants de ce fonds depuis plus d’un an, à jour de leurs cotisations, et qui ont satisfait à leurs obligations réglementaires, notamment celle de faire vacciner les espèces sensibles, sont susceptibles d’être indemnisés.