Les autorités néerlandaises ont élargi vers le nord une zone de sécurité couvrant désormais les deux-tiers du pays, après la découverte de nouveaux cas de fièvre catarrhale du mouton, a annoncé mardi le ministère de l'Agriculture.

Depuis la découverte du premier animal malade fin juillet, les autorités ont dénombré 268 élevages infectés.

La zone de sécurité, d'où l'export de ruminants est interdit, couvre désormais les deux-tiers du territoire néerlandais, à partir des frontières méridionales jusqu'à Gramsbergen, dans le nord-est, près de la frontière allemande. Elle inclut des villes comme La Haye et Rotterdam, mais exclut la capitale, Amsterdam.

L'exportation de ruminants hors de ce périmètre vers des zones non infectées est interdite, sauf autorisation du pays receveur après contrôle de l'état de santé de chaque animal. L'Allemagne et la France refusent tout animal en provenant.