« Une victoire énorme ! » Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, n'a pas caché son enthousiasme en sortant du ministère de l'Egalité des territoires et du Logement, jeudi.

C'est pour parler de la « ferme des 1.000 vaches » qu'il a été reçu durant plus d'une heure par le cabinet de Cécile Duflot, qui a elle-même assisté à une grande partie de cet entretien, accompagné de Michel Kfoury, président de l'association Novissen (1) et de maître Grégoire Frison, leur avocat. Cette rencontre intervenait quelques jours après l'occupation du chantier pendant quelques heures par la Confédération paysanne et l'association Novissen.

« Nous avons appris que le préfet avait donné l'ordre à Michel Ramery de démolir son bâtiment, s'est félicité Laurent Pinatel. La Confédération paysanne et Novissen avaient raison : ce bâtiment est illégal et doit être démonté. Le permis n'aurait jamais dû être accordé. M. Ramery a bénéficié de soutiens mais il va devoir maintenant appliquer la loi. » C'est d'ailleurs strictement sur le respect de la loi que s'est prononcée Cécile Duflot ; sa décision « n'est pas un acte militant », a reconnu Laurent Pinatel.

Sur le fond, donc, il n'y a pas d'interdiction de la ferme des 1.000 vaches et rien n'empêchera M. Ramery de reconstruire son bâtiment en redéposant une demande de permis, qui sera de nouveau examinée par les services de l'Etat. Si ce n'est qu'un bâtiment représentant 6 millions d'euros d'investissement ne se construit et déconstruit pas à la légère. Et que « certaines règles sont en train de changer dans la loi d'avenir agricole au sujet des montages sociétaires et des prises de participation, qui ont permis à M. Ramery d'acquérir toutes ces terres », espère le porte-parole de la Confédération paysanne, qui souligne toutefois qu'il « va falloir encore travailler dessus ».

Contacté par nos confrères de L'Eleveur laitier, Michel Welter, responsable du projet de ferme des « 1.000 vaches », conteste l'annonce faite par la Confédération paysanne et aussitôt reprise par les médias. Il y a bien un problème en cours avec le permis de construire mais, selon lui, il ne concerne que deux bâtiments, et pas le bâtiment principal qui logera les vaches. Un permis de construire modificatif a d'ailleurs bien été déposé en ce sens il y a déjà plusieurs semaines. 

Pour la Confédération paysanne, le combat ne s'arrête pas là. Le syndicat a également décroché un rendez-vous exclusivement consacré au dossier « des 1.000 vaches » avec le ministre de l'Ecologie, en charge de la délivrance de l'autorisation d'exploiter. Et il continuera à interpeller Stéphane Le Foll sur ce sujet afin qu'il organise le « grand débat parlementaire et citoyen » dont on a besoin pour définir de quelle agriculture on veut. « Le ministre de l'agriculture n'a pas la main sur ce dossier précis, mais c'est à lui de fixer le cadre politique global », a conclu Laurent Pinatel.

_____

(1) Association créée en 2011 pour lutter contre ce projet.

Bérengère Lafeuille