Un premier cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) a été détecté, mercredi 25 novembre en Lozère 2016, a annoncé le jeudi 26 novembre la préfecture du département dans un communiqué.

Un arrêté préfectoral a placé l’élevage de bovins et d’ovins concerné sous déclaration d’infection, précise la préfecture. Les mesures prises dans ce cadre concernent le recensement des ruminants, leur vaccination et leur suivi par le vétérinaire sanitaire de l’élevage.

« Ce foyer n’a aucun impact sur les autres élevages et sur le statut du département de la Lozère déjà placée en intégralité en zone réglementée », souligne la préfecture.

Aidée par un automne particulièrement doux, l’épizootie de FCO, partie de l’Allier début septembre, touche surtout le centre de la France. À la mi-novembre, 90 foyers infectieux avaient été détectés en France en deux mois. Treize départements étaient concernés. À cette date, 42 départements étaient en zones dites « réglementées », où les mouvements de bétail sont limités.

La FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. Elle est une maladie strictement animale, qui n’affecte pas l’homme et n’a aucune incidence sur la qualité de la viande ou du lait. Transmise par un moucheron, elle se manifeste par des fièvres, des troubles respiratoires, le bleuissement de la langue et un œdème de la face.