Le 16 octobre 2015, les chefs des services vétérinaires français et italien ont signé un protocole d'accord. Ce dernier autorise la remise en route des exportations de bovins et d'ovins vers l'Italie, depuis la zone réglementée en France à cause de la fièvre catarrhale ovine (FCO).

Le protocole distingue trois cas. Il autorise les mouvements depuis la zone réglementée à cause du sérotype 8 de la FCO :

• des bovins et ovins âgés de plus de 90 jours s'ils sont vaccinés et si au moins 10 jours se sont écoulés à partir de la seconde injection. La procédure de vaccination a lieu en France ;

• des bovins et ovins de moins de 90 jours si leur mère est vaccinée contre le sérotype 8 de la FCO.

• des bovins et ovins de moins de 90 jours s'ils proviennent d'une zone reconnue saisonnièrement indemne de FCO et s'ils sont soumis, au moins 14 jours après le commencement de l'inactivité vectorielle, à une PCR dont le résultat s'avère négatif. La définition de ces périodes et zones d'inactivité vectorielle est conditionnée à un accord bilatéral.

Dans un communiqué de presse diffusé vendredi 16 octobre, la FDSEA de l'Aveyron prend acte de cet accord, regrettant que, « pour les veaux de 8 jours, les modalités d'échanges sont renvoyées à un accord ultérieur. » Le syndicat salue également l'évolution du zonage officialisé par le ministère de l'Agriculture le 14 octobre.

« Alors que le mauvais temps arrive, alors que les animaux descendent des estives, alors que les trésoreries sont exsangues, alors que la sécheresse a amputé les stocks fourragers, le gouvernement doit mettre tout en oeuvre pour que la vente d'animaux puisse se faire dans les plus brefs délais », insistent la FDSEA et les JA de l'Aveyron.

A télécharger :

FCO : une maladie d'origine exotique qui impacte durement les filières bovines et ovines françaises (Inra, 19 octobre 2015)

E.R.