Le ministère de l’Agriculture a mis en ligne une instruction technique de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) concernant les conditions applicables aux mouvements des ruminants depuis la zone réglementée (ZR), suite à la résurgence du sérotype 8 de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Ce document concerne à la fois les mouvements entre la ZR et la zone indemne (ZI) française, mais aussi les échanges avec les autres états de l’Union européenne ou les pays tiers.

En France, les animaux destinés à l’élevage ou l’engraissement peuvent sortir de la ZR pour rejoindre la ZI, lorsqu’ils ont été « valablement vaccinés. L’analyse de risque montre que ce délai peut être réduit à 10 jours pour les bovins après la fin de la primovaccination avec le vaccin MERIAL et à 33 jours pour les ovins avec le vaccin Calier. Pour les autres vaccins il n’existe pas de telle analyse de risque à ce stade et il convient de se référer strictement aux préconisations du fabricant. »

Une dérogation pour les agneaux

L’instruction laisse la possibilité de procéder à des mouvements pendant la période saisonnièrement indemne en ayant recours à des diagnostics PCR. Pour les ovins, elle introduit la possibilité de recourir « à un dépistage sérologique par sondage permettant la détection de la maladie avec une prévalence de 5 %, soit 57 animaux dans les troupeaux de 1 000 têtes ». Elle précise aussi les conditions applicables à la semence fraîche collectée en ZR.

Le document prévoit aussi une dérogation pour les mouvements d’agneaux destinés à l’abattage mais nécessitant un hébergement temporaire en ZI d’une durée supérieure à 24 heures et inférieur à 14 jours dans la bergerie de pré-abattage. Les flux entre le centre d’engraissement, la bergerie de pré-abattage et l’abattoir doivent avoir fait l’objet d’une description auprès des Direction départementales de la protection des populations (DDCSPP) des départements concernés.

Vers l’Union européenne

Concernant les animaux de la ZR destinés à l’élevage ou l’engraissement dans l’Union européenne, l’instruction technique précise que les restrictions de mouvements ne s’appliquent pas à ceux qui sont valablement vaccinés dans les troupeaux encore sous arrêté préfectoral de déclaration d’infection (APDI). Seules les femelles gestantes doivent avoir été vaccinées avant insémination pour être admises aux échanges.

Par ailleurs, le texte rappelle que « suite à la réunion des Directeurs généraux français et espagnol le 30 novembre 2015 à Madrid, les conditions du protocole sont prolongées jusqu’au 31 décembre 2015 ou jusqu’à la fin de la saison saisonnièrement indemne, lorsqu’elle sera définie. La date du 30 novembre indiquée sur le document ne doit pas être considérée comme la date de fin du protocole. »