La Confédération paysanne dénonce mercredi dans un communiqué la position du ministère de l'Agriculture sur l'organisation de la campagne de vaccination contre le virus du sérotype 8 de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Elle déplore que cette campagne se déroule dans «un cadre libéral». L'organisation syndicale dénonce également l'absence d'un cadre sanitaire précis pour aborder cette campagne de vaccination.

«Depuis l'apparition de la FCO, nous assistons à une gestion incohérente, et non harmonisée sur le plan européen, de l'épidémie et de ses conséquences, critique la Confédération paysanne. Dans l'ultime dispositif vaccinal présenté par le ministère, il apparaît que l'Etat choisit de ne pas gérer la maladie dans le cadre d'une prophylaxie sanitaire collective.»

Le syndicat réaffirme sa volonté de voir les éleveurs qui le souhaitent, vacciner eux-mêmes leurs animaux. Elle attend des précisions sur les modalités de délivrance du vaccin par les vétérinaires. Concernant le sérotype 1, elle propose d'élargir la zone de vaccination «sur une large bande allant de Biarritz à Menton dans le sud de la France, incluant les bassins ovins laitiers».

«Aujourd'hui, le désengagement de l'Etat préfigure d'une nouvelle manière d'appréhender les crises sanitaires en substituant à une gestion réglementée, collective et mutualisée, une gestion relevant strictement du dogme libéral dans laquelle l'éleveur se retrouve seul à assumer les risques», conclut-elle en regrettant que les pouvoirs publics n'aient pas tiré la leçon de leur expérience corse où 4 sérotypes de la FCO ont sévi.

Lire également l'article:

E.R.