Dans un rapport daté de lundi 5 juillet 2021, l’agence des Nations unies pour l’alimentation, la FAO, estime que la Corée du Nord devrait produire 5,6 millions de tonnes de grains cette année, soit 1,1 million de tonnes de moins que ce dont elle aurait besoin pour nourrir sa population.

Le régime nord-coréen, qui est sous le coup de multiples séries de sanctions internationales en raison de ses programmes militaires interdits, peine de longue date à nourrir sa population et souffre régulièrement de pénuries alimentaires.

Un manque potentiel de 860 000 tonnes

« Les importations commerciales officiellement prévues sont de 205 000 tonnes », selon le rapport, ce qui signifie que la pénurie alimentaire devrait être de l’ordre de 860 000 tonnes. « Si ce manque n’est pas correctement couvert par les importations commerciales ou par l’aide alimentaire, les ménages risquent une période de soudure difficile entre août et octobre », selon la FAO.

La soudure désigne la période de l’année précédant la récolte, au cours de laquelle, les grains de la précédente récolte peuvent venir à manquer.

Le Covid-19 et les intempéries aggravent la situation

La pression sur l’économie nord-coréenne a été renforcée par la fermeture des frontières ordonnée pour lutter contre la pandémie. Le commerce avec la Chine, principal soutien économique et diplomatique, s’est considérablement réduit, alors que la plupart des employés des ONG internationales présentes en Corée du Nord ont quitté le pays.

Une série de tempêtes et inondations l’an passé, avaient également détruit des maisons et dévasté des cultures. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait en juin reconnu que son pays faisait face à une « situation alimentaire tendue ».

La Corée du Nord a connu dans les années 1990 une très grave famine qui a fait des centaines de milliers de morts, à la suite de la réduction de l’aide de Moscou après l’effondrement soviétique.

Avec l’AFP