« On attend le go scientifique, on est prêt à aider, on s’est préparé, on attend qu’il y ait une décision de prise ! » Jean-Christophe Girondin-Pompière, cofondateur de l’entreprise de conseils en agriculture Agroleague, a rassemblé quelque 350 agriculteurs volontaires décidés à prêter main-forte avec leurs pulvérisateurs. En l’absence d’une décision officielle de leur mairie ou des autorités publiques et scientifiques, ils restent en « stand-by ».

Pulvériser par principe de précaution

Feu vert ou non, des municipalités comme celle de Cannes n’ont pas attendu pour prendre l’initiative. Dès le 25 mars 2020, une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de la ville CannesWebTV montre les opérations de pulvérisation effectuées par des agents de la propreté urbaine. David Lisnard, maire de Cannes, justifie la désinfection des espaces publics par l’efficacité du produit utilisé : « Il n’est pas dangereux puisque c’est de l’eau de javel diluée dans des quantités maîtrisées et non toxiques, il s’évapore vite. » À l’image de la station balnéaire, d’autres villes comme Amnéville dès le 26 mars 2020, ou encore Reims depuis le 27 mars 2020, ont pris la décision de lancer des opérations d’assainissement « par principe de précaution ».

À lire aussi sur DecodAgri : « Oui, des agriculteurs désinfectent les rues en Italie pour contenir la propagation du coronavirus » (25/03/2020)

« La désinfection des rues ne sert à rien »

Contacté par La France Agricole, le cabinet du ministère de l’Agriculture met en garde. Il affirme que « les autorités scientifiques et l’Anses nous confirment que la désinfection des rues ne sert à rien dans la lutte contre le coronavirus ». En ce sens, les opérations d’assainissement des rues ne sont, selon le cabinet ministériel, « que psychologiques, voire même polluantes pour l’environnement en fonction du produit utilisé ».

De son côté, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) citée par le ministère se déclare incompétente et renvoie à celle du Haut-conseil de la santé publique (HCSP). Également contacté sur la question, le HCSP, saisi le 26 mars 2020 par la Direction générale de la santé sur l’opportunité d’un nettoyage spécifique ou d’une désinfection de l’espace public, explique que « des travaux sont en cours et un avis devrait être rendu dans les prochains jours ».

Complément du 08/04/2020 : Le Haut Conseil de la santé publique a rendu son avis : désinfecter les rues n’aide pas à limiter la propagation du coronavirus Covid_19 (DecodAgri, 07/04/2020)

Oriane Dieulot