Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, et Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l'Agroalimentaire, ont installé lundi le comité Asie qui réunit grandes entreprises, PME de l'agroalimentaire et partenaires institutionnels, « autour d'un seul objectif : permettre à la France de gagner des parts de marchés dans des pays en très forte croissance », indique un communiqué des deux ministères.

« L'enjeu est de taille lorsque l'on sait que la demande mondiale dans le secteur agroalimentaire pourrait croître de 25 % à l'horizon de 2022 et que la Chine devrait voir ses importations augmenter de 10 % par an », explique le communiqué.

« Ce comité sera une instance de dialogue précieuse pour améliorer les performances des entreprises françaises à l'exportation. Véritable “think-tank” de l'agroalimentaire en Asie, son rôle sera d'identifier les freins à l'exportation et de proposer des idées innovantes pour les lever, mais aussi d'apporter des réponses concrètes aux questions et besoins des entreprises en favorisant les actions collectives, la mise en commun de moyens et le partage d'expérience entre les exportateurs des différentes filières. »

« Il contribuera aussi à l'amélioration de l'aide apportée par les pouvoirs publics en proposant des pistes pour rationaliser les moyens affectés à l'exportation par l'Etat et les Régions », explique le communiqué du gouvernement.