C’est l’assureur Coface qui est chargé de la gestion de cette nouvelle offre d’assurance-crédit à court terme destinée spécifiquement aux exportateurs agricoles, à destination de l’Algérie, du Liban et de l’Égypte. Elle doit permettre le remboursement à 90 % des exportateurs en cas du non-paiement par les acheteurs. La durée de couverture maximale est de 18 mois, précise le communiqué de presse des ministères, publié le 22 novembre 2016.

Cette mesure fait partie du plan soutien à l’ensemble des filières agricoles, présenté par Manuel Valls le 4 octobre.

La demande initiale pour la mise en place de ce crédit-export a été formulée par la Fédération nationale bovine (FNB) qui souhaite « développer les exportations » vers ces pays, que ce soit des bovins vifs pour l’élevage ou des carcasses sur le marché de la viande, précise le ministère de l’Agriculture, qui a souhaité élargir le dispositif à « tous les produits agricoles ».

L’Algérie est un débouché traditionnel de l’élevage bovin français, la France fournissant plus de la moitié des bovins vivants de ce pays, selon le site de Business France. Néanmoins, les chiffres sont très fluctuants d’une année sur l’autre.