Le ministre délégué français à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, a annoncé ce vendredi 19 juillet 2016 à Quimper que le gouvernement étudiait un recours contre la décision de la Commission européenne, prise jeudi, de supprimer les aides pour l'exportation des poulets congelés.

« Nous regardons toutes les voies de recours face à la décision de la Commission que nous contestons parce que nous considérons que sur le plan de la parité des monnaies, l'Europe est en position difficile face au réal brésilien », a indiqué M. Garot à la presse à l'issue d'une réunion de travail avec les acteurs de la filière avicole à la préfecture de Quimper.

« Ce n'est pas simple, c'est une matière juridique très complexe, mais la bataille doit être menée et nous ne baissons pas les bras », a ajouté le ministre.

« Le gouvernement doit comprendre que ce n'est pas seulement un problème social à traiter au niveau de deux abattoirs, mais que ça concerne toute une filière, tout un maillage économique », a souligné Daniel Sauvaget, le PDG de Tilly-Sabco. « C'est malheureusement le mal français, il faut qu'on ait la tête dans le mur pour réagir. Je pense que le ministre comprend que la tête on l'a dans le mur aujourd'hui et qu'il lui appartient de trouver des solutions avec l'Europe pour résoudre ce problème », a-t-il ajouté.

Jean-Charles Doux, PDG du groupe volailler en redressement judiciaire, a demandé du temps pour que les entreprises et la filière s'adaptent à la fin des restitutions initialement programmées à la fin de 2014. « Il y a une prise de conscience de la filière qu'il est nécessaire de changer, on est en marche, ne nous coupons pas les pattes avant l'arrivée », a déclaré M. Doux.

Une centaine de personnes se sont rassemblées lors de la réunion devant la préfecture, des salariés des deux volaillers bretons, Doux et Tilly-Sabco, principaux groupes français, ainsi que des éleveurs.

Les « restitutions » constituent des aides à l'exportation du poulet congelé entier pour des marchés spécifiques, principalement la CEI (Communauté des Etats indépendants, ex-URSS) et le Moyen-Orient.

Pour la période de juillet 2012 à juin 2013, elles ont représenté 55,36 millions d'euros. De source européenne, 93 % de ces fonds ont été versés à la France, qui a réalisé 94,67 % des exportations concernées.