« J'ai demandé à mes services de préparer une feuille de route sur de possibles changements concernant les mesures sur l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) pour la période 2010-2015 », a annoncé John Dalli, le nouveau commissaire européen à la Santé, au cours d'une réunion, lundi, à Bruxelles, avec les ministres européens de l'Agriculture.

« Le document, qui devrait être prêt en juin, servira de base pour discuter d'une révision du système de tests de l'ESB sur la base de critères scientifiques », a-t-il précisé.

Les tests visent à vérifier que la maladie, apparue dans les années 1990 au Royaume-Uni avant de se propager dans toute l'Europe, est bien en disparition. Toutefois, certains pays comme la Belgique ont demandé à plusieurs reprises leur assouplissement. Les coûts sont jugés disproportionnés par rapport à un fléau grandement éradiqué.

« Je crois que nous avons atteint un stade où de nouveaux amendements peuvent être envisagés sans mettre en danger la santé des consommateurs », a estimé le commissaire maltais.

L'Union européenne (UE) a détecté seulement une soixantaine de cas d'ESB en 2009, essentiellement chez des animaux âgés de dix ans ou plus. « Et les consommateurs de viande de boeuf sont protégés par le fait que certains organes à risque comme la cervelle et la moelle épinière sont systématiquement retirés de la vente », a rappelé John Dalli.

Il y a un an, l'UE, qui estime avoir suffisamment amélioré le contrôle de la chaîne alimentaire depuis la crise de la vache folle, avait déjà décidé d'assouplir les règles sur l'étiquetage des aliments pour animaux.

Lire également :

Pac d'après 2013 : Paris propose des mesures de régulation des prix en Europe (22 février 2010)

Poules pondeuses : Bruxelles contre un report de l'interdiction de l'élevage en batterie (22 février 2010)