« D'importants développements d'algues touchent de nombreux secteurs côtiers sans qu'une diminution puisse être observée ces dernières années », estime le Commissariat général au développement durable (CGDD) dans une étude diffusée le 7 janvier. Néanmoins, la majorité des zones littorales se trouve dans un « bon état concernant les développements d'algues ».

Selon le CGDD, « une part importante de l'azote déversé en mer, via les fleuves, est d'origine agricole, en raison d'un apport d'azote aux sols agricoles supérieur au besoin des cultures. Ce surplus est de l'ordre de 900.000 tonnes en 2010. [...] Selon les bassins hydrographiques et les années, de 54 % (Seine-Normandie) à 90 % (Loire-Bretagne) de l'azote présent dans les cours d'eau seraient d'origine agricole (agences de l'eau). Le constat est plus nuancé pour le phosphore. Selon les bassins, l'agriculture représenterait de 30 % à 50 % des apports. »

« De nombreuses actions ont été entreprises en Bretagne. Elles ont permis de faire diminuer significativement les concentrations en nitrates des cours d'eau qui restent cependant encore trop élevées pour limiter les marées vertes. »

Téléchargezl'étude.