Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Entrevaux, cité fortifiée

réservé aux abonnés

Alpes-de-Haute-Provence - Entrevaux, cité fortifiée
Sur un éperon rocheux d’une boucle du Var, Entrevaux offre aux visiteurs une histoire de deux mille ans. © Alexie Valois

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, le village d’Entrevaux a été façonné par l’Histoire. Il est surplombé par une citadelle signée Vauban.

Le relief escarpé n’a pas empêché les hommes de s’installer dans l’étroite vallée du Var. Dans le lit de ce fleuve, qui descend jusqu’à la Méditerranée, et sur les meilleurs versants aménagés en terrasses, les cultures remontent à plusieurs siècles. Les oliviers se comptent par milliers. Malgré une altitude de 400 m, ils donnent des olives à leurs nombreux propriétaires, mais ici, rien d’extensif. Tout se fait à la mesure des besoins des habitants. L’huile a toujours été pressée au moulin. On cultive encore des pommes et autres fruits. Des vergers sont aussi laissés à l’abandon. Autour, maraîchers, éleveurs et apiculteurs maintiennent une production.

Des oliviers par milliers

Accéder à Entrevaux pour la journée n’est possible que depuis un siècle et demi. Auparavant, seul un chemin muletier existait, permettant de passer les cols et de circuler entre les vallées. La route nationale 202, de Nice à Barrême, puis en 1907, le train des Pignes, ont désenclavé les Entrevalais. Désormais, les visiteurs se pressent, surtout à la belle saison, pour découvrir à pied la cité de caractère.

À l’est, la porte d’Italie jouxte la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, dont la flamboyance se découvre à l’intérieur. © Alexie Valois

Entrevaux marquait la frontière de la France jusqu’en 1860. À l’est, la porte d’Italie est protégée par deux ponts-levis. Au sud, la porte royale est précédée par un poste de garde et un pont massif qui enjambe les eaux tumultueuses d’une boucle du Var. Passé le porche des remparts, les ruelles abruptes s’entrelacent, bordées de maisons hautes et étroites. Terrasses, placettes et fontaines rappellent celles des villages italiens. La cathédrale, avec sa tour clocher crénelée, fait partie des fortifications depuis le XVIIe siècle.

Au-dessus, l’ingénieux architecte militaire Vauban a érigé une citadelle imprenable à flanc de falaise. La rampe pour y accéder est si pentue qu’elle dissuadait tout attaquant. Une visite de cette forteresse laisse imaginer la vie de caserne avec des souterrains, des cellules, une poudrière, depuis transformée en musée. Du belvédère, la vue panoramique est époustouflante.

Alexie Valois

En pratique

Y aller : depuis Aix, prendre l’A51 en direction de Sisteron, emprunter la sortie 20. Suivre la N85 jusqu’à Barrême, puis la N202 jusqu’à Entrevaux.

À découvrir : - la citadelle de Vauban et sa vue panoramique, qui récompense l’ascension ;

- le moulin à farine arrêté dans les années cinquante et celui à huile d’olive, toujours en activité. Retrouvez aussi ces visites en virtuel sur l’application « Les moulins d’Entrevaux ».

À consulter : www.verdontourisme.com

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !