600 personnes - enseignants, parents d'élèves et lycéens - selon les organisateurs, 500 selon la police, ont manifesté vendredi à Paris pour «protester contre la baisse des moyens dans l'enseignement agricole».

Les manifestants ont défilé derrière une banderole proclamant "Halte à la destruction massive de l'enseignement agricole public", aux abords du ministère de l'Agriculture à l'appel d'une

intersyndicale (Snetap-FSU, Sfoerta-FO, Syac-CGT et Sud Rural) de l'enseignement agricole public.

«Les orientations prises par le gouvernement, dans le budget 2008 et pour les années suivantes, signent le démantèlement de l'enseignement agricole public», a déclaré Annick Merrien, secrétaire générale du Snetap-FSU.

«Concrètement, une note de service du 21 septembre a annoncé une réduction de 3% par an de la dotation (horaire globale) en moyens de l'enseignement dans les cinq ans à venir», a-t-elle dit.

«Ca veut dire moins d'enseignants devant les élèves, moins de personnels administratifs, des classes qui ferment et un remaniement du contenu des formations pour réduire les horaires», a-t-elle ajouté, déplorant par ailleurs que «le secteur public soit davantage touché que l'enseignement privé».

Selon les syndicats, les baisses de dotations prévues se traduiront par «l'équivalent, selon les régions, de 5 à 10 fermetures de classes par an».

Le secteur public compte «près de 8.000 emplois d'enseignants (hors contractuels), pour 67.000 élèves», selon Mme Merrien.