Plus de six Français sur dix attendent des pouvoirs publics qu’ils concentrent leur action sur « la France des campagnes ». C’est ce que révèle une enquête réalisée par Ifop, parue le 12 juillet 2018.

Les villes moyennes de province arrivent en seconde position avec 48 % des citations. Et la France des banlieues n’occupe que la troisième place avec 40 % des citations, sur les 1 003 personnes interrogées.

Préoccupation autour des services de proximité

Pour 72 % des Français, cette « défense des territoires » doit passer par le maintien des services de proximité comme les écoles, les bureaux de poste ou encore les cabinets médicaux. « Le soutien du développement économique et la création d’emplois » figurent également parmi leurs principales préoccupations.

Les « besoins basiques » avant les dimensions identitaires

C’est en effet dans la France des campagnes que « les Français peuvent constater de la manière la plus spectaculaire, la fermeture de services publics, de bureaux de poste et de commerces de proximité », commente Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Les attentes des Français en matière de « protection des territoires » se concentrent donc sur des besoins basiques, poursuit-il : avoir accès à un médecin, à une école, aux commerces et avoir un emploi à proximité de son lieu de vie. Les dimensions identitaires et l’exigence d’infrastructures d’envergure nationale, comme le TGV, ne recueillent en revanche que 39 % et 15 % des citations.

Un chef de l’Etat ayant l’image d’un « président des villes »

En février 2018, un sondage du Figaro paru à l’occasion du Salon de l’agriculture révélait que 69 % des Français interrogés jugeaient Emmanuel Macron « plutôt éloigné » des préoccupations de la France rurale.

Rosanne Aries