Le ministère de l'Ecologie a présenté son plan national en faveur des énergies renouvelables pour la période allant de 2009 à 2020. Ce document confirme les grandes lignes de la politique française en matière d'énergies alternatives au pétrole et au nucléaire. L'objectif de l'Etat reste d'atteindre 23 % d'énergie renouvelables dans la consommation énergétique finale en 2020.

Il continue de fonder sa stratégie sur une grande diversité de sources d'énergie. Le plan prévoit une utilisation accrue des biocarburants avec un objectif de consommation de 10 % du total des carburants en 2020. Les voitures électriques seront aussi favorisées.

Le plan insiste sur le fait que l'éolien et la biomasse sont, après l'hydraulique, les deux principaux gisements d'électricité renouvelable que possède le pays. Ils continueront de recevoir un soutien financier. Les pompes à chaleur, le chauffage au bois, le solaire thermique et photovoltaïque bénéficieront également d'aides. Le plan prévoit la mise en place d'un dispositif pour développer l'injection de biogaz dans le réseau de gaz naturel.

Les équipements domestiques seront aidés par des incitations financières comme l'écoprêt à taux zéro, le crédit d'impôt sur le revenu et les aides de l'Agence nationale de l'habitat.

L'obligation d'achat de l'électricité constituera le principal soutien pour les projets de plus grande envergure (photovoltaïque, éolien et biomasse).

Pour plus d'informations concrètes, il faudra attendre les futurs textes réglementaires plus spécifiquement liés à chaque production d'énergie renouvelable.

Lire également :

N.L.