Les technologies power-to-gas stockent l’énergie électrique sous forme de gaz. La production d’hydrogène et celle de méthane de synthèse sont les deux grandes méthodes en la matière. Le développement de ces techniques et celui des énergies renouvelables sont intrinsèquement liés. Effectivement, le point faible des productions d’énergie d’origine renouvelable est l’intermittence de la production, rarement en phase avec les pics de consommation. Leur stockage est un point clé. Le power-to-gas transforme l’énergie électrique pour la mettre à la disposition des secteurs du chauffage et du transport. Les véhicules propulsés à l’hydrogène occupent une place de choix parmi les moyens de mobilité durable, pour cause : à l’usage, ils ne rejettent que de l’eau. La production d’hydrogène est cependant énergivore, et il est bien souvent produit à partir d’énergie fossile. En pleine phase de développement massif d’énergies renouvelables, le stockage des surplus augure un avenir important pour la filière.

La méthanation valorise le CO2 des méthaniseurs

Le biogaz primaire produit dans les unités de méthanisation est généralement constitué pour moitié de méthane et pour le reste de CO2. Rapporté à la quantité d’énergie produite, le rejet de gaz à effet de serre reste très faible, mais cet impact pourrait encore être amélioré. En effet, la technologie du power-to-gas par méthanation consiste à combiner de l’hydrogène et du dioxyde de carbone pour former du méthane et de l’eau. Ce méthane de synthèse peut ensuite être utilisé directement dans les réseaux gaziers. La filière doit encore se développer et progresser en efficacité. Le géant de l’énergie Shell commence à investir massivement dans la production d’hydrogène et de méthane de synthèse et ses concurrents commencent à étudier le sujet. Au vu des moyens considérables de cette industrie, le développement de ces technologies pourrait être rapide.

Gildas Baron