Elle sera entièrement dévoilée mardi, mais le ministre de l’Écologie, François de Rugy, en livre dès la fin de cette semaine quelques détails, dans une interview au quotidien Libération.

La prochaine PPE devrait confirmer les objectifs de celle décidée sous la direction de Ségolène Royal : 40 % de production électrique issus d’énergies renouvelables d’ici à 2030. Pour l’heure, la principale nouveauté est que le gouvernement entend porter la part de gaz renouvelable, principalement issu de la méthanisation, à 10 % de la consommation globale à la même date. Il reprend enfin les objectifs de la dernière PPE pour la chaleur, à 38 % d’origine renouvelable et pour les carburants, à 15 % d’origine non fossiles en 2030.

Baisse des consommations

Cet objectif de 40 % de renouvelables électriques d’ici à 2030 n’est pas vraiment une surprise car il était déjà écrit dans la dernière PPE. Par contre, le décret de 2016 relatif à ces choix politiques ne mentionnaient que l’objectif annuel de production de 8 TWh de biométhane en 2023, pas celui de 10 % de consommation de gaz renouvelable d’ici à 2030, contre 0,1 % aujourd’hui.

Attention toutefois, il faut aussi rappeler que la dernière PPE retenait des scénarios se caractérisant par une évolution de la demande en consommation primaire de gaz comprise entre –9 % et –17 % et entre –16 % et –23 % en consommation finale de gaz par rapport à 2012.

La PPE doit fixer les choix énergétiques du pays pour les dix prochaines années. Les réponses sur le nucléaire et les autres productions seront a priori données mardi 27 novembre, avec de nombreuses semaines de retard sur le calendrier initial.

Vincent Gobert