Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, et la ministre de l'Agriculture de l'Espagne se sont rencontrés pour une réunion de travail afin d'analyser l'impact de l'embargo décidé par la Fédération de Russie pour l'importation de certains produits agroalimentaires en provenance de l'Union européenne.

Un communiqué de presse du ministère de l'Agriculture, diffusé jeudi en fin d'après-midi, indique que les deux ministres se sont accordés sur les points suivants :

- « L'embargo établi par la Fédération de Russie est un problème partagé par tous les pays européens, qui demande donc des solutions au niveau européen. Les producteurs ne doivent pas être affectés négativement par les conséquences d'une décision politique dont ils ne sont pas responsables. »

- « Ainsi, il est nécessaire que la Commission continue de suivre avec précision l'évolution des marchés et réagisse avec la plus grande réactivité pour prendre les mesures nécessaires. Ces mesures doivent être adaptées à la situation de chaque filière. »

- « Pour ce faire, la Commission doit mobiliser tous les outils à sa disposition depuis l'adoption de la nouvelle Pac pour minimiser les perturbations dans le marché européen, en particulier le retrait de la production, le stockage, les restitutions aux exportations et les aides à la promotion. Par ailleurs, la Commission doit favoriser activement la recherche de débouchés alternatifs dans les pays tiers pour les produits agroalimentaires affectés par l'embargo. »

- « La France et l'Espagne ont les mêmes préoccupations sur les conséquences de l'embargo russe et défendront une position commune lors du conseil exceptionnel des ministres de l'agriculture le 5 septembre à Bruxelles, à la fois sur les mesures et sur la liste des produits concernés. »