Le Copa-Cogeca indique mardi dans un communiqué avoir « intensifié » ses appels à une aide supplémentaire pour le secteur agricole européen en réponse à l'embargo imposé par la Russie aux exportations agricoles provenant de l'UE, avertissant que « les sources de revenu des producteurs sont menacées et que les prix sont au plus bas ».

Le Copa-Cogeca « se réjouit » des mesures prises par la Commission pour venir en aide au secteur européen des fruits et légumes, « mais avec des prix au producteur ayant baissé de 50 % dans certains cas, le soutien prévu ne suffira pas ». D'autres secteurs touchés par l'embargo, tels que le secteur laitier, « auront eux aussi besoin d'aide ».

Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca, a mis en garde : « Quelque 10 % de nos exportations sont envoyés en Russie, pour une valeur de 11 milliards d'euros annuellement, et le soutien alloué à ce jour est loin d'être suffisant pour indemniser les producteurs de fruits et légumes à la suite des effets de l'embargo. Une aide supplémentaire sera indispensable pour empêcher le marché de devenir incontrôlable, ce qui aurait pour conséquence de nouveaux dégâts pour l'économie. »

Le Copa-Cogeca appelle à « la mise en oeuvre de mesures extraordinaires de gestion du marché si celui-ci le justifie, comme un versement anticipé des paiements directs, l'intensification des campagnes de promotion afin de stimuler la demande et la recherche de nouveaux débouchés pour les produits comme ceux de la Chine et du Moyen-Orient ».

« Les premières estimations montrent que les dommages dépasseront les 400 millions d'euros prévus dans le fonds de crise de la Pac. Le soutien ne devrait donc pas être uniquement financé par le budget de la Pac, mais également par d'autres fonds », indique le Copa-Cogeca.

Les présidents du Copa et de la Cogeca, ainsi que les présidents des organisations nationales d'agriculteurs et de coopératives de toute l'Europe, se rassembleront à Bruxelles la semaine prochaine afin d'examiner l'ampleur des dégâts et de débattre des actions nécessaires. Cette rencontre se tiendra la veille de la réunion des ministres du 5 septembre.