L’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine seraient deux grandes perdantes de la réforme de l’ICHN, a déploré le Modef ce jeudi 11 janvier 2018. D’après le Mouvement de défense des exploitants familiaux, une nouvelle carte a été présentée aux organisations professionnelles, réunies le 20 décembre au ministère.

Un « avis défavorable de la Commission »

« Les zones soumises à contraintes spécifiques “environnement paysage” avec le critère emploi agricole ont été supprimées de l’actuel projet de zonage suite à l’avis défavorable de la Commission », regrette le syndicat. Et d’ajouter que « d’autres territoires se retrouvent déclassés en raison de restrictions imposées par l’Union européenne, qui limitent fortement la continuité territoriale souhaitée par les organisations professionnelles ».

Selon le Modef, l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine seraient deux grandes oubliées « alors que l’élevage y demeure très présent ». Il souhaite que d’autres critères soient étudiés et proposés à Bruxelles pour réintégrer ces territoires. Il s’oppose aussi à l’application d’une ICHN végétale qui aurait « pour seul effet d’accélérer la disparition de l’élevage sur les territoires concernés ».

Manifestation dans les Deux-Sèvres

Autre territoire qui semble « oublié » du projet de zonage : les Deux-Sèvres, où 186 communes sortiraient du classement, « privant 1 250 exploitations agricoles de l’ICHN, soit d’une enveloppe de 9 millions d’euros », indique le département dans un communiqué daté de mercredi. « C’est la vitalité même de notre ruralité qui est en danger », soutient Gilbert Favreau, président du conseil départemental.

L’élu affirme son soutien à la profession qui manifestera vendredi 26 janvier pour défendre leur accès à l’aide. Fait peu banal, témoignant de l’ampleur de l’enjeu, les quatre principaux syndicats départementaux (FDSEA, JA, Coordination rurale et Confédération paysanne) ont lancé un appel conjoint à la mobilisation.