Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Repli des abattages de poulets et de dindes

réservé aux abonnés

Volailles - Repli des abattages de poulets et de dindes
© P. Gardin

En mars 2019, les abattages français de volailles ont reculé de 6,4 % en têtes par rapport à 2018 et de 5,3 % en tonnage. La chute de 6 % pour les poulets est relative, selon le ministère de l’Agriculture, compte tenu du niveau soutenu de l’activité de mars 2018. Toutefois, au regard de la moyenne quinquennale, le repli en têtes est réel et continu depuis l’été 2018. En volume, il est compensé par la hausse du poids des carcasses.

« Concernant la dinde, les abattages sont également en repli constant depuis l’été 2018, mais de façon plus marquée, à la fois en têtes et en poids (–9 %) », souligne le ministère dans la note d’Infos rapides mise en ligne le 9 mai 2019.

La reprise s’essouffle pour le canard

« La reprise de la filière du canards gras […] ralentit depuis la fin de 2018. En mars 2019, 2,6 millions de canards sont abattus, soit 63 000 de plus sur un an mais environ 500 00 de moins » qu’avant la première épidémie de grippe aviaire.

Le ministère rappelle que « depuis le printemps 2018, les éclosions et mises en place de poussins de poulets et de dindes ralentissent. En février 2019, les mises en place se replient de 18 % sur un an pour les poulets et de 4 % pour les dindes, et tendent à se stabiliser (+2 %) pour les canards. »

« Après une hausse amorcée à l’automne 2018, les prix à la production des volailles de chair se stabilisent entre février et mars 2019. Ils sont proches du niveau moyen quinquennal pour la dinde, et restent supérieurs de près de 2 % par rapport à ce niveau pour le poulet. »

E.R.
Moins d’œufs

La production d’œufs montre elle aussi des signes de recul. « Au premier trimestre de 2019, la production totale d’œufs de consommation […] se replie de 10 % par rapport au niveau relativement élevé du premier trimestre de 2018. » Elle se stabiliserait de mai à juin 2019, mais en dessous de son niveau de juin 2018.

En février, selon le ministère, « les mises en place de poulettes de ponte se replient légèrement, de 0,8 % sur un an, après une hausse marquée en janvier 2019 (+20 %) liée à des niveaux bas en janvier 2018. » Concernant les prix à la production en mars 2019, le ministère parle d’un fléchissement de 16 % sur un mois. Leurs niveaux deviennent inférieurs de 11 % à ceux de la moyenne quinquennale.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !