Le 30 novembre, Yves de la Fouchardière, directeur des Fermiers de Loué, et Rémi Rocca, directeur des achats McDonald’s France, se sont retrouvés dans la Sarthe pour lancer cette « saison » des wings Loué. « C’est la première fois que Mc Donald’s propose des produits de label rouge », explique Rémi Rocca. La chaîne poursuit une « démarche d’intégration et de mise en avant du territoire français », initiée avec les fromages AOP et poursuivie avec la viande charolaise (gamme Signature lancée au début de 2017).

L’enseigne utilise déjà des œufs « Fermiers de Loué ». « Les consommateurs sont friands de produits identifiés. Tous les signes de qualité sont plébiscités en France, et chez McDo aussi », plaide Rémi Rocca. Pour lui comme pour Yves de la Fouchardière, ce partenariat est « gagnant-gagnant », permettant de faire connaître Les Fermiers de Loué » auprès de la clientèle McDo, plus jeune que la moyenne française.

Un débouché mieux valorisé pour les ailes

Le projet « wings » a été lancé au début de 2016, pour un aboutissement, presque deux ans plus tard. « Nous sommes passés de 10 à plus de 30 % des poulets écoulés sous forme de découpes, explique Yves de la Fouchardière. Les filets sont les plus demandés, les cuisses partent moins facilement. Quant aux ailes, pourtant charnues, elles ont du mal à trouver des débouchés dans les réseaux traditionnels. McDo, c’est donc une opportunité incroyable pour les écouler, et pour faire connaître le label rouge aux jeunes, dans des lieux où ils ne l’attendraient pas. »

Ce sont 200 tonnes d’ailes, provenant de 450 producteurs de volailles depuis douze semaines, qui seront écoulées, marinées et cuites. « Les volumes disponibles ont déterminé l’offre, et pas l’inverse. Au vu des quantités produites, il ne sera pas possible de proposer une gamme “wings de Loué” toute l’année, mais plutôt des opérations spéciales de quelques semaines au cours de l’année.

Pour les éleveurs, le cahier des charges reste celui des Volailles de Loué. En revanche, au stade de l’abattage et de la découpe, les exigences de McDo sur certains points, en particulier la recherche des corps étrangers, ont amené la filière à « se requestionner sur ses pratiques », souligne Yves de la Fouchardière.

Toucher une clientèle jeune

« Les éleveurs qui alimenteront cette opération ne bénéficieront pas de plus-value particulière, étant déjà bien rémunérés, précise Yves de la Fouchardière. Les objectifs se situent au niveau de la filière : toucher une clientèle jeune qu’elle ne touche pas forcément d’habitude, et valoriser des pièces habituellement mal valorisées. C’est un retour favorable pour la filière Loué. »

E.C.