Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des abattages dynamiques

Volailles
 - Des abattages dynamiques
© C. Faimali/GFA

Même si la production de poulet a connu un creux saisonnier plus marqué cet été, les abattages de volailles progressent en juillet 2018.

« En juillet 2018, les abattages de volailles augmentent de 5,6 % en tec, en glissement annuel, rapporte le ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 5 septembre 2018. Concernant les dindes et les canards, ils restent soutenus tandis qu’en ce mois de creux saisonnier, ils se replient pour les poulets, en particulier en têtes (–4,6 %). »

Creux saisonnier pour le poulet

En tonnage, les abattages de poulets restent toutefois supérieurs de 2,3 % à ceux de l’an dernier. « La reprise de l’activité de la filière du gras se prolonge cet été. Les abattages de juillet 2018 sont supérieurs de 3 % en têtes à ceux de juillet 2015 et quasi identiques aux niveaux de 2011-2015 (+0,2 %). »

Les abattages de dindes augmentent eux aussi. « En cumul depuis janvier 2018, ils s’approchent des niveaux de la moyenne quinquennale (–2 %) après une année 2017 de faible niveau, décrit le ministère. En juin, les mises en place de canetons continuent de progresser (+13 % sur un an) tandis que celles de dindonneaux se replient (–19 %) », ainsi que celles de poulets (–15 %).

Exportations difficiles

Sur le plan commercial, la viande de poulet français est à la peine. Son solde commercial chute de nouveau fortement (–19 000 tec), sous l’effet d’une baisse de 25 % des exportations : –48 % vers les pays tiers, en particulier vers le Moyen-Orient (–5 000 tec), et vers l’Égypte (–4 350 tec). Le mois de mai n’avait déjà enregistré aucune vente vers ce pays.

Moins d’œufs au deuxième trimestre
© Pixabay

« Au deuxième trimestre de 2018, la production totale d’œufs de consommation calculée est estimée à 3,590 milliards d’unités, en repli de 4,8 % par rapport à 2017 », estime le ministère. Ce repli s’explique par le recul des mises en place de poulettes fin 2017. Repli qui se répète depuis avril 2018 avec des « mises en place de poussins de ponte [qui] fléchissent. En mai et juin, les diminutions des éclosions de 11 % expliquent la baisse similaire des mises en place. » Cela se répercute sur « les prévisions de production intensive d’œufs de consommation [avec] des baisses successives de 5,5 % puis de 6,5 % […] en septembre et octobre 2018, en glissement annuel ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER