« Les nouvelles détections rapportées en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni indiquent la présence d’une forte dynamique d’infection par des virus H5 hautement pathogènes (appartenant à au moins trois sous-types rapportés : H5N1, H5N5 et H5N8) au sein de l’avifaune sauvage dans le nord de l’Europe », constatait la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA) le 4 novembre 2020.

À lire aussi : Alerte renforcée à la grippe aviaire dans 46 départements (05/11/2020)

L’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) fait tache d’huile sur le Vieux Continent. Dès le 24 octobre dernier, un élevage anglais de 13 500 volailles de chair reproductrices a été touché par le sous-type H5N8, rapporte l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). 230 cas ont été recensés. 178 volatiles sont morts du virus et 52 ont été abattues. En Allemagne, le virus H5N8 a été détecté dans un élevage de 68 poules pondeuses le 4 novembre. 12 animaux ont été touchés, 8 sont morts du virus et 60 ont été abattus.

328 000 volailles abattues au Japon

Outre-Rhin, au moins quatre autres foyers d’influenza aviaire hautement pathogène ont été détectés depuis 25 octobre au sein de la faune sauvage. Il s’agit essentiellement des sous-types H5N8 et H5N5. Le 30 octobre, un faucon pèlerin infecté par le sous-type H5N5 a été détecté au Danemark, rapporte l’OIE.

Au Japon, le 4 novembre, un élevage de 330 000 volailles de chair a été touché par le virus H5N8. Selon l’OIE, 2 000 volatiles ont été touchés et sont morts du virus, et 328 000 volailles ont été abattues.

Vincent Guyot