Le Cifog souhaite passer à la vitesse supérieure quant à la stratégie vaccinale pour lutter contre l’influenza aviaire hautement pathogène (H5N8). À l’occasion du déplacement du Premier ministre Jean Castex dans les Landes le vendredi 5 février 2021, le Cifog a « porté sa demande de création d’un groupe de travail sur le sujet de la vaccination ».

« Il s’agit d’étudier toutes les données relatives à cette solution qui ne peut être immédiate, mais qui doit être une piste de travail, et qui ne doit pas mettre en péril l’ensemble des filières avicoles », indique le Cifog, dans un communiqué publié le 5 février. À cette date, le sud-ouest de la France compte 440 foyers en élevage du virus H5N8, soit 39 de plus en une semaine.

Suivi des indemnisations

À l’instar du précédent épisode de grippe aviaire en 2017, l’interprofession souhaite la mise en place par le ministère de l’Agriculture d’un « groupe de suivi régulier sur l’évolution sanitaire (évolution des foyers, opérations de nettoyage et de désinfection et conditions de remise en production…) ».

Si Jean Castex s’est voulu « rassurant sur le soutien financier de l’État pour indemniser les préjudices subis par l’ensemble de la filière et sur les délais de mises en place de ces indemnisations », l’interprofession souhaite également la mise en place d’un groupe de suivi des indemnisations.

Le Cifog souligne en parallèle « sa détermination à défendre l’élevage en plein air, qui fait partie de l’ADN de la filière du foie gras, tout en confirmant le devoir de mettre les animaux à l’abri en période à risque ».

> À lire aussi : Influenza aviaire, la claustration des volailles « ne remet pas en cause le plein air » (04/02/2021)

Vincent Guyot