Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

En valeur, l’Irlande exporte davantage vers la France

réservé aux abonnés

Viandes et produits laitiers - En valeur, l’Irlande exporte davantage vers la France
Valeur des exportations irlandaises vers la France en 2018. Source : Bord Bia

En 2018, les expéditions de viande et de bétail irlandais vers la France ont augmenté de 7 %, en valeur. Celles de produits laitiers et de boissons sont également à la hausse.

Si la valeur totale des exportations irlandaises de produits agroalimentaires a reculé de 4 % en 2018, elle a tout de même bondi de 64 % en 8 ans, rapporte Bord Bia dans son bilan annuel. La situation est très contrastée en fonction des filières. Les ventes de boissons, de produits de la mer et de produits transformés ont baissé alors que celles de viandes rouges ont progressé.

Le troisième fournisseur de la France en viande bovine

En 2018, l’Irlande a exporté 579 000 tonnes de viande bovine (hors abats), pour une valeur de 2,32 milliards d’euros (+2 % par rapport à 2017). Le Royaume-Uni a absorbé la moitié de ces envois et la France s’est positionnée en tête des clients de la zone euro.

Les exportations irlandaises vers l’Hexagone ont diminué en volume, de 3 % entre janvier et novembre, à cause, essentiellement, d’une chute de 13 % des envois en congelé. Mais elles ont augmenté de 6 % en valeur.

Dans un communiqué du 14 janvier 2019, Bord Bia interprète cette situation comme étant « le reflet de la hausse des exportations de bœuf sous vide [+10 %] à plus forte valeur ajoutée destiné au secteur de la restauration commerciale et en particulier la restauration gastronomique ».

Forte de ses 54 000 tonnes expédiées, l’Irlande maintient sa position de troisième fournisseur de viande bovine de la France, avec une part de marché de 16 %, derrière l’Allemagne (18 %) et les Pays-Bas (26 %).

Enfin, plus de 1 000 tonnes de viande bovine ont été expédiées vers la Chine, qui a ouvert son marché à l’Irlande en juin 2018.

En viande ovine, l’Hexagone premier client de l’Irlande

Les exportations irlandaises globales de viande ovine ont diminué de 2 % en volumes, à 55 800 tonnes, mais ont augmenté de 15 % en valeur (315 millions d’euros), grâce à la mise sous tension du marché lié à la forte demande asiatique.

La France demeure le premier client de l’Irlande (33 % des envois en valeur, +10 % par rapport à 2017), malgré une diminution de 9 % des volumes expédiés. Le Royaume-Uni se positionne en seconde position.

+ 56 % de veaux exportés

Le nombre de bovins expédiés par l’Irlande s’est accru de 27 %, à 238 000 têtes. Cette augmentation résulte d’une franche progression du nombre de veaux expédiés (+56 % à 156 000 têtes) alors que les autres catégories, mieux rémunérées, diminuaient. De fait, la valeur globale des expéditions a reculé de 6 %.

Les envois de veaux irlandais vers l’Espagne ont bondi de 60 %, à 71 000 têtes. Et « il y a eu un redressement des exportations de bovins vers l’Italie de 22 %, car les animaux irlandais sont devenus plus compétitifs par rapport aux animaux français », note Bord Bia.

4 % de produits laitiers vendus en plus vers la France

Depuis 2015 et la levée des quotas, la production laitière de l’île d’Émeraude a augmenté de plus de 50 %. Les conditions climatiques de 2018 ont freiné cette progression, sans pour autant l’inverser (+3 % par rapport à 2017). La France est le septième client de l’Irlande, le podium étant occupé par le Royaume-Uni, suivi par les Pays-Bas et la Chine.

Les expéditions de produits laitiers vers la France ont progressé de 4 % en valeur, « grâce à une croissance importante des exportations de poudre de lait infantiles (+70 %), qui contrebalance ainsi la perte de valeur des exportations de beurre (–7 % sur les 9 premiers mois de 2018) et de fromages (–14 % sur la même période). »

Valérie Scarlakens
Perspectives pour 2019
© V. Scarlakens
© V. Scarlakens

« Les études sur le marché et le secteur suggèrent que la demande mondiale en produits agroalimentaires irlandais restera positive en 2019, mais l’impact potentiel du Brexit demeure bien sûr un risque très important », indique Michael Creed, le ministre irlandais de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche.

Le Royaume-Uni reste un partenaire incontournable, vers lequel l’Irlande a expédié 37 % de ses marchandises en 2018. Le reste de l’Union européenne compte pour 34 % des envois, avec comme destination numéro un les Pays-Bas, suivis par la France. Les 29 % restants ont été exportés vers les pays tiers.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !