Selon Interbev, les volumes de viandes bio françaises (hors volailles) sont estimés à 35 572 tonnes équivalent carcasse (tec) en 2017. Soit une progression de 10 % par rapport à 2016.

+17 % pour le steak haché bio

Les tonnages de viande bio de gros bovins allaitants gagnent 13 %, et représentent 38 % des tonnages totaux de viande bio. Une croissance essentiellement portée par la catégorie « vache ». La viande de gros bovins laitiers progresse plus faiblement (+7 %).

Les volumes de steaks hachés issus de bovins bio sont dynamisés par ces approvisionnements, et gagnent 17 %.

+15 % pour le veau bio

Contributeurs plus modestes à l’approvisionnement bio, la filière du veau et la filière ovine développent également leurs volumes. L’offre de veau bio progresse de 15 %, à 2 203 te et celle de viande ovine bio augmente de 12 %, à 1 432 tec.

Malgré une croissance de 8 % des volumes (à 11 171 tec), « la filière porcine bio a encore rencontré des difficultés pour couvrir la demande », commente Interbev. En 2017, le prix moyen au producteur était situé entre 3,60 et 3,80 €/ kg de carcasse.

52 % des volumes commercialisés en grande surface

La part de chaque circuit de distribution évolue peu en 2017. La grande distribution reste leader (52 % de part de marché) et développe ses volumes de vente de 13 %. Elle est suivie par les magasins spécialisés (17 % de part de marché). La vente directe totalise 10 % des ventes et progresse de 17 % en volume.

La boucherie artisanale augmente ses ventes bio de 1 % seulement et recule donc en termes de part de marché. Même constat pour la restauration hors domicile (+4 %).

« Ces bonnes prévisions de croissance de la demande sont de nature à encourager les producteurs dans leur démarche de conversions d’exploitations sur les années à venir », conclut Interbev.