« La concurrence est féroce, constate Emmanuel Bernard, le président de la commission du commerce extérieur d’Interbev. Nous ne pouvons pas miser sur nos tarifs pour remporter des marchés mais nous pouvons jouer sur l’image positive que dégage la France, grâce à ses produits culinaires d’exception. »

Miser sur la gastronomie

L’interprofession a entrepris un travail de positionnement en 2016. « Nous avons regardé ce que font nos concurrents en matière de communication à l’exportation », reprend-il. La Grande-Bretagne mise sur la traçabilité, l’Irlande sur le développement durable, l’Australie sur les grands espaces et la tradition, la Nouvelle-Zélande sur la qualité gustative et nutritionnelle de ses viandes.

« Assez naturellement, nous avons construit notre nouvelle identité de marque autour de la gastronomie française. L’idée est la suivante : la France possède l’une des meilleures gastronomies : son bœuf est à son image ! »

Un emblème à la disposition de tous

Chaque fédération, coopérative ou entreprise française pourra commercialiser des bovins ou de la viande bovine sur les marchés internationaux avec cette identité visuelle. En 2017, Interbev poursuivra ses actions de promotion sur les marchés historiques et sur de nouveaux marchés, à l’instar des marchés chinois, iranien, israélien et algérien.

Le film réalisé pour la promotion de cette nouvelle marque est visible sur le site d’Interbev.

V.S.

(1) Le bœuf français, le goût des terroirs.