« Répondre toujours mieux aux enjeux environnementaux et de bien-être animal », tel est l’objectif du nouveau cahier des charges de la viande de bœuf sous label rouge, assure Interbev, l‘interprofession du bétail et des viandes, dans un communiqué publié ce mercredi 5 février 2020.

Le texte, proposé par la section bovine d’Interbev, en lien avec Fil rouge (1), et validé par l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) le 28 janvier 2020, promet de « créer un véritable segment de marché, différenciant pour les consommateurs et valorisant pour chaque acteur de la filière. »

Alimentation sans OGM et bien-être animal

Parmi les nouveaux critères d’éligibilité du bœuf sous label rouge figure « une autonomie alimentaire des élevages garantie à 80 % au minimum, assurant que l’herbe et les fourrages donnés aux animaux proviennent essentiellement de la ferme », ainsi qu’une alimentation « garantie sans OGM et sans huile de palme ».

Concernant le bien-être animal, le diagnostic en élevage Boviwell sera à terme intégré dans le label rouge, « avec un niveau supérieur à respecter. »

Par ailleurs, Interbev rappelle que « la filière a fait le choix de rendre obligatoire la contractualisation des animaux labellisés et de la viande sous label rouge depuis l’éleveur jusqu’au point de vente, par un accord interprofessionnel étendu par les pouvoirs publics. »

V. Guyot

(1) Fil rouge fédère les organismes de défense et de gestion (ODG) des labels.