Si l’embargo américain sur la viande bovine est levé depuis près de trois ans, les autorités françaises viennent seulement d’être réhabilitées à agréer les abattoirs, et les ateliers de découpe et de transformation qui souhaitent exporter vers les États-Unis. Un événement qui marque la réouverture effective du marché outre-Atlantique à notre production. Jusqu’alors, au niveau européen, seuls l’Irlande, la Lituanie et les Pays-Bas pouvaient exporter là-bas.

Le ministre de l’Agriculture et Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, s’associent dans un communiqué de presse pour saluer cette nouvelle. Ils rappellent qu’en mars 2014, les autorités américaines levaient l’embargo qui frappait la viande bovine française depuis 1998, faisant suite de la crise de l’ESB. Soit six ans après la reconnaissance par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) du statut de pays « à risque maîtrisé » de la France.

Des négociations de longue haleine

S’en est suivi un important travail technique entre la Direction générale de l’alimentation et son homologue américaine visant au rétablissement de la reconnaissance de l’équivalence des systèmes d’inspection français et américain. La première entreprise à figurer sur la liste de l’administration américaine produit de la viande de veau. Elle peut donc commencer à exporter dès à présent.

« Cette reconnaissance intervient au terme de négociations qui ont duré presque trois ans, après l’examen d’un dossier très détaillé, un audit diligenté par les services vétérinaires américains en France du 31 août au 18 septembre 2015 et les très nombreux échanges bilatéraux qui ont suivi », précise le communiqué.