Le plan de la filière viande bovine prévoit que d’ici à quatre ans, le label rouge représente 40 % de l’offre piécée. « Les démarches en Label Rouge sont au cœur de la stratégie de montée en gamme de l’offre française et de juste rémunération du produit pour les éleveurs, rappellent la FNB et Coop de France, dans un communiqué du 21 février 2019. La contractualisation doit aboutir sur un prix prenant en compte l’indicateur de coût de production validé au sein d’Interbev. »

En attente

« Les coopératives ont initié le mouvement dans le cadre des négociations commerciales en cours avec la grande distribution, en requérant en segment Label Rouge des volumes plus conséquents, des tarifs rémunérateurs en lien avec le nouvel indicateur de coût de production interprofessionnel, et des règles d’approvisionnement assurant l’indispensable équilibre de valorisation des carcasses. À ce jour, nous attendons les signes positifs de la distribution en retour, avec la signature de contrats commerciaux. »

La Coopération et la FNB, « appellent en conséquence chacune des enseignes de la grande distribution à passer elles aussi des engagements aux actes, et au plus vite ».