Tiré par un dynamisme de consommation, notamment en haché, « le marché des femelles allaitantes se porte bien », fait savoir Caroline Monniot, du département de l’économie de l’Institut de l’élevage (Idele), lors d’un webinaire le 9 juillet 2020. Bien que la part de viande importée progresse en restauration collective (+15 % sur un mois en mai dernier), les cours des femelles restent orienté...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !