Pendant la crise du coronavirus, le maillon de la grande distribution a souvent été pointé du doigt. La baisse des cotations des bovins de boucherie dès le début du confinement, malgré des ventes dynamiques en grandes et moyennes surfaces, avait provoqué la colère des éleveurs de bovins allaitants.

La FNB entendue

La Fédération nationale bovine (FNB) a très tôt dénoncé « l’attitude irresponsable de l’aval de la filière ». Elle a plaidé pour un prix minimal payé aux éleveurs à hauteur de leurs coûts de production, une idée qu’avait, dans un premier temps, écarté le ministre de l’Agriculture. Intermarché et Netto semblent finalement avoir entendu l’appel de la FNB.

« Ce prix minimum [de 4,00 €/kg carcasse payé à l’éleveur] constitue une première étape pour viser l’indice des coûts de production souhaité par la Fédération nationale bovine », rapporte le Groupement Les Mousquetaires, dans son communiqué de presse publié le lundi 11 mai 2020.

À lire aussi : Viande bovine, Didier Guillaume dit « stop à la baisse injustifiée » des prix

(05/05/2020)

Un premier pas vers les éleveurs

« La SVA Jean Rozé, filière de la viande de bœuf d’Agromousquetaires, va augmenter progressivement ses prix d’achat aux éleveurs de races à viande, pour assurer avant le 1er juillet prochain un prix minimal de 4 €/kg [carcasse] payé à l’éleveur, dès lors que les produits sont destinés aux rayons de la boucherie des enseignes Intermarché et Netto », annonce le distributeur.

En 2019, près de 60 000 bêtes ont été valorisées via les rayons de la boucherie du Groupement. Pour parvenir à cette revalorisation progressive du prix payé aux producteurs, les deux enseignes Intermarché et Netto assurent qu’elles ouvriront, dès le 12 mai 2020, des discussions avec leurs fournisseurs.

Un dispositif de contrôle pour plus de transparence

« Un dispositif sera mis en place avec les organisations de producteurs (OP) pour assurer le contrôle du retour de valeur aux éleveurs en toute transparence, et dans le respect de la réglementation », assure le Groupement. À la SVA Jean Rozé, une convention est en cours de rédaction pour proposer un principe de fonctionnement aux OP.

Les grilles d’achat y seront consultables par les éleveurs, a précisé le Groupement Les Mousquetaires à La France Agricole. Ainsi, la « SVA Jean Rozé invite chaque maillon de la chaîne à prendre ses responsabilités en répercutant ces évolutions de tarif », appuie le distributeur.

Cette garantie de revalorisation progressive « devra permettre à l’ensemble des acteurs de la filière de mieux rémunérer les éleveurs à hauteur de +0,40 €/kg sur les races à viande avant le 1er juillet prochain, par rapport aux cours du marché constatés à ce jour », complète le Groupement Les Mousquetaires.

Lucie Pouchard