Réuni le 1er février 2018, le conseil spécialisé de FranceAgriMer pour les filières des ruminants et des équidés s’est félicité de l’opportunité que représente la levée de l’embargo chinois pour la viande bovine française. En effet, ce sont de nouveaux débouchés, la Chine mais aussi le Japon, qui s’ouvrent à la filière.

Formalités en rafale

Tout s’est accéléré à la suite de la visite d’Emmanuel Macron en Chine, au début de l’année. L’ouverture devrait être effective d’ici à six mois. « L’objectif visé est un démarrage effectif des exportations dès la mi-juillet, sous réserve de pouvoir clôturer l’ensemble des formalités sanitaires préalables requises dans les six mois qui viennent (signature du protocole et du certificat sanitaire avec la Chine, audit et agrément des entreprises françaises candidates à l’exportation) », précise FranceAgriMer dans un communiqué publié le 7 février 2018.

Hélène ChaligneJournaliste web