Selon l’AFP, le cortège réunissait notamment des collectifs d’habitants, des membres de la Confédération paysanne et des associations de défense de l’environnement. Ils se sont rassemblés pendant près d’une heure devant la mairie pour dénoncer l’implantation du projet dans une zone humide et les possibles conséquences sur la nappe phréatique.

Le maire s’oppose au centre d’engraissement

Le maire de Coussay-les-Bois, Michel Favreau, fait partie des opposants au projet. « L’engraissement de taurillons doit exister, mais un taurillon engraissé aux granulés, je dois dire que la qualité doit être moyenne », lance-t-il, craignant notamment l’impact de l’exploitation sur la qualité de l’eau, et jugeant qu’il y avait « d’autres endroits » pour une telle installation.

Le projet prévoit, en plus de l’atelier d’engraissement, une unité de méthanisation, une plate-forme de compostage et un parc photovoltaïque. Il a reçu l’autorisation de la sous-préfecture. Trois recours ont été déposés par les opposants devant le tribunal administratif.

AFP