Cette foire agricole est un événement pour les professionnels de la filière de la viande. Elle est une occasion pour CV. Plainemaison, filiale de Beauvallet, de faire un point sur la politique qualité de la filière, dont la marque premium « Or Rouge » constitue un maillon fort. À cette occasion, à Limoges les 19, 20 et 21 octobre 2019, une centaine d’éleveurs, professionnels de la filière et des métiers de bouche étaient présents ainsi que 120 vaches et taureaux reproducteurs.

« Enchère vertigineuse »

« Le meilleur animal du concours présenté par le Gaec Lathière de Saint-Mathieu (Haute-Vienne), cumulant trois récompenses (premier prix de sa section, championne des génisses et premier prix du concours) a atteint l’enchère vertigineuse de 22 400 € auprès de M. et Mme Hutin, de la boucherie La Limousine (établissement Or Rouge) à Bonnac-La-Côte (Haute-Vienne) », commente les représentants d’Or Rouge sur leur page Facebook @viandeorrouge. Le succès a été total puisque la moyenne des ventes a atteint un nouveau record de 8 547 € contre 8 422 € l’an dernier, soit un total de 581 200 €.

Un critère environnemental bien ancré

Une table-ronde sur le thème « Perspectives de la filière Or Rouge » a également eu lieu le lundi 21 octobre. L’animation par Philippe Bru, directeur opérationnel du groupe Beauvallet, a remis en lumière les dernières avancées de la marque.

« Depuis janvier dernier, nous avons ajouté un nouveau critère à la sélection de nos animaux : la haute valeur naturelle (HVN). Une garantie de manger sain avec moins de pesticides, d’engrais en préservant la biodiversité reconnue par le ministère de l’Agriculture et l’Agence européenne de l’environnement », a expliqué Philippe Bru dans le Populaire du Centre le 22 octobre 2019. 350 exploitations limousines sont engagées dans la démarche de qualité Or Rouge et répondent à ces critères, traduisant d’une belle avancée pour la filière.

Un gage de tendreté

Au sujet des perspectives 2020, Beauvallet a annoncé s’être engagé dans le déploiement de la méthode « Meats Standards Australia » (MSA) de sélection et prédiction de la qualité gustative des viandes bovines après cuisson, en collaboration avec la fondation internationale Meat 3G.

« Nous voulons identifier les lignées génétiques qui ont une prédisposition naturelle à déposer du persillé. Nous allons tester 1 000 vaches limousines, si nous arrivons à identifier les animaux génétiquement prédisposés, et si nous les faisons bénéficier d’une alimentation et d’un engraissement adaptés. Nous aurons réalisé une grande avancée pour la filière limousine […] », explique le directeur opérationnel de Beauvallet.

L’innovation technologique au service de l’élevage

Le groupement Beauvallet a enfin dévoilé le lancement officiel d’une étiquette connectée, en place depuis le début d’octobre 2019, pour répondre aux exigences des consommateurs sur la traçabilité de la viande.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le recul de l’offre s’accentue

Dans le domaine des races à viande de qualité, le commerce est très calme face au recul des ventes dans la boucherie traditionnelle, mais les faibles disponibilités se montrent favorables à la fermeté des prix. En réformes laitières, la décapitalisation commence à impacter sérieusement l’activité des industriels de la viande. La concurrence entre les abattoirs joue en faveur de la montée des prix.