La FNB s’agace de ne pas voir la situation des éleveurs de veaux de boucherie s’améliorer malgré la campagne de communication lancée par Interbev, l’interprofession. La faute à qui ? Aux distributeurs, à en croire le syndicat. « Force est de constater que la cohésion de la filière en faveur de l’autonomie alimentaire de la France est du pur affichage », dénonce-t-il ce 18 mai 2020 dans un communiqué de presse.

À lire aussi : Grande distribution, la viande de veau, l’autre grande « absente » des rayons (09/04/2020)

Une viande parfois absente des rayons

« Rien ne semble être fait pour soutenir les éleveurs… estime la FNB. Le souhait d’avancer tous ensemble pour porter le produit veau, n’est pas une réalité : encore trop de magasins ne proposent pas le produit veau, ou en font une proposition timide au consommateur ! » Autrement dit, l’association spécialisée de la FNSEA estime que les distributeurs ne font pas tout ce qu’ils peuvent pour redresser la consommation de viande de veau.

Selon le syndicat, l’activité est encore en retrait. « En pleine semaine de promotion du veau, les abattages ont subi une baisse de 13,5 % alors même que les ventes de toute viande brute ont progressé de 10 % depuis le début du confinement chez les distributeurs », fait-elle valoir. Pour que la campagne de promotion lancée par Interbev porte ses fruits, « il était convenu que les distributeurs devaient proposer une offre claire, variée et attrayante du produit ! »

À lire aussi : À cause du coronavirus, les retards d’abattage de veaux laissent des traces (24/04/2020)

Besoin d’un « sursaut collectif »

Dans les élevages, la situation continue à se dégrader : « allongement des durées d’élevage et chute des prix d’achat des animaux sur les 8 dernières semaines, avance la FNB. Résultat : les éleveurs de veaux perdent actuellement environ 16 % de leurs produits annuels bruts sur 2020 par rapport 2019. Cette situation ne peut perdurer ! Les éleveurs de veau, par la voix de la FNB, appellent à un sursaut collectif pour mettre fin à la pression qu’on leur fait subir. »

« Cessons les promesses creuses et les actions de promotion mensongères ; les éleveurs demandent clairement à ce que les acteurs de la distribution utilisent les outils qui leur sont fournis, et qu’ils mettent en avant la viande de veau dans tous les points de vente en prenant en compte le coût de production des éleveurs. En pleine période de déconfinement, les éleveurs sont prêts à réaliser des opérations “vérité” auprès des consommateurs sur les comportements des principales enseignes ! »

E.R.
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La canicule perturbe les mouvements d’animaux

Canicule oblige, le transport d’animaux vivants dans l’Hexagone est interdit entre 13 h et 18 h. L’interprofession du bétail et des viandes préconise « l’adaptation des horaires de tous les opérateurs de la filière ainsi que ceux des transporteurs, afin de gérer au mieux cette période entre les différents maillons. » Les difficultés en cette période estivale s’accumulent, alors que la chaleur plombe déjà la consommation de viande.