La filière du veau de lait sous la mère (VSLM) n’échappe pas à la tempête du coronavirus. « L’arrêt total des commandes de la restauration qui représentent un débouché important de 20 % » met à mal la production qui « est en train de s’effondrer avec des prix en baisse entre 2,00 € et 2,50 €/kg », alerte le Modef dans un communiqué de presse diffusé ce jeudi 28 mai 2020. En conséquence, le syndicat demande en urgence au gouvernement de fixer « un prix plancher pour le VSLM à 8,50 €/kg. »

À lire aussi : Viandes, les propositions du Modef pour accompagner les éleveurs (20/04/2020)

Mettre en avant la race sur l’étiquetage

Autre facteur de baisse des prix, le syndicat pointe du doigt la production de veaux de boucherie issus des troupeaux laitiers, venant faire de l’ombre aux veaux sous la mère issus de races allaitantes. Pour permettre au consommateur de distinguer les produits, « le Modef demande un étiquetage précis avec la race, notifiée par exemple VSLM de race limousine et veau de boucherie de race montbéliard. »

Stopper les importations de veau

Dans le même temps, le Modef réclame « l’arrêt des importations de veau », qui pèsent actuellement pour 40 000 tonnes en France. L’approche du week-end de Pentecôte, est également l’occasion de la mise en place d’une « campagne publicitaire pour consommer le VSLM ».

Enfin, le Modef réitère ses précédentes mesures proposées le 20 avril dernier pour accompagner les éleveurs de viandes ovine, bovine, caprine et de lapins, mais cette fois-ci spécifiquement pour la filière du veau de lait sous la mère, soit :

  • « La réouverture des restaurants le 1er juin avec une exigence d’acheter du veau sous la mère plutôt que du veau de boucherie » ;
  • « L’activation du Fonds national de gestion des risques agricoles (FNGRA) par le biais du régime des calamités agricoles afin d’indemniser les éleveurs qui sont confrontés à des pertes économiques en raison du coronavirus. »
Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La modestie de l’offre stabilise les prix

Les apports modestes conduisent à une stabilisation des cours en vaches allaitantes et en réformes laitières.