La Commission européenne a donné, le 25 juillet 2019, son feu vert, à Didier Guillaume, pour élargir la dérogation de fauche et pâture des jachères à toutes les parcelles, y compris les jachères appartenant à des producteurs de grandes cultures.

Cette dérogation concerne, le 26 juillet, 33 départements :

  • Le Centre-Val de Loire avec le Cher et l’Indre, le Loiret et le Loir-et-Cher ;
  • L’Auvergne-Rhône-Alpes avec l’Ain, l’Allier, le Cantal, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme et le Rhône ;
  • L’Occitanie avec l’Ariège, l’Aude, le Gard, la Haute-Garonne, le Gers, l’Hérault, les Pyrénées-Orientales, le Tarn, et le Tarn-et-Garonne ;
  • La Nouvelle-Aquitaine avec la Creuse ;
  • La Région Paca avec les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et le Vaucluse ;
  • La Bourgogne-Franche-Comté avec le Jura, la Nièvre et la Haute-Savoie ;
  • Le Grand Est avec le Haut-Rhin.

Les agriculteurs concernés doivent formuler leur demande par courrier auprès de la DDT du siège leur exploitation, afin d’activer individuellement la clause de cas de force majeure.

Soutenir les agriculteurs européens

La Commission européenne a elle-même précisé, dans un communiqué du 26 juillet, avoir pris la décision « de mettre en place des avances de paiement plus élevées » et des « dérogations à certaines règles du verdissement » pour « apporter son soutien aux agriculteurs confrontés aux vagues de sécheresse qui frappent l’Europe ». Elle n’exclut pas de permettre d’autres types de dérogations au verdissement en place, sans préciser si cela pourrait concerner les dates limite de semis des cultures intermédiaires.

Marie Salset