La conjoncture européenne s’améliore. Le prix du lait se maintient à hauteur de 350 €/1 000 litres en janvier et février 2019 contre 344 €/1 000 litres en février 2018, soit une progression de 1,5 % sur un an (voir le graphique ci-dessous). Ce prix se situe également au-dessus des cours étasuniens (311 €/1 000 litres) et océaniens (304 €/1 000 litres) pour le mois de janvier.

La France se situe dans le quart supérieur avec une rémunération moyenne à 359 €/1 000 litres en février, un chiffre en hausse de 2 % par rapport à la même période l’an passé.

Alors que le prix du lait était en recul dans 18 États membres en janvier, ce sont 3 fois moins de pays qui sont concernés un mois plus tard. Le prix du lait italien connaît encore une fois la plus belle croissance sur un an (10 %). Malte et Chypre restent les pays où le lait est le mieux valorisé avec un prix du lait respectivement à 470 et 582 €/1 000 litres.

Le marché des produits laitiers se rééquilibre

Le cours européen de la poudre maigre reste stable autour de 1 888 € la tonne au 3 avril, presque deux fois supérieur aux valeurs enregistrées un an auparavant. La cotation du beurre, à hauteur de 4 200 € la tonne, poursuit sa décroissance (–12 % par rapport à 2018) malgré un léger sursaut en février.

Le recul de la collecte européenne, qui se poursuit en février (–1,5 % par rapport à 2018), entraîne une baisse de la fabrication de la quasi-majorité des produits laitiers. Seuls la crème, le lait fermenté et le lait concentré ont connu une intensification de la production entre janvier 2018 et janvier 2019.

A. Courty