En effet, l’observatoire économique du Synalaf (1) « montre une récente augmentation de la production d’œufs bio : +34 % entre 2014 et 2017 et +7 % sur le premier semestre de 2018 par rapport à la même période en 2017 », indique l’organisation dans un communiqué du 4 septembre.

Une menace de surproduction

« Et cela ne va pas s’arrêter là », prédit le Synalaf. En effet, de nombreux projets de construction de bâtiments de pondeuses sont prévus dans les 18 prochains mois, « ce qui risque d’engendrer un fort excédent de production ». Or, « le marché français ne pourra pas absorber cette augmentation conséquente d’œufs bio dans les mois à venir, et cette menace de surproduction sera synonyme de perte importante de valeur pour l’ensemble de la filière française. »

À cela s’ajoutent la hausse du coût alimentaire liée l’augmentation du prix des matières premières, ainsi qu’à moyen terme un renchérissement des coûts de production induit par le nouveau règlement européen sur la production biologique à partir de 2021 (règles de production de poulettes bio avec accès au plein air…).

En volailles de chair aussi

« En volailles de chair, dont les mises en place sont en très nette augmentation depuis 2014, une situation similaire est également à craindre prochainement. »

Le Synalaf appelle donc à « la vigilance et la responsabilité de chaque opérateur de la filière, afin d’assurer un développement cohérent et durable des productions avicoles biologiques ».

(1) la majorité des groupements producteurs d’œufs en filière organisée et des centres d’emballage nationaux déclarent leurs chiffres auprès de cet observatoire.

E.C.